Nous nous sommes entretenus avec le retoucheur photo le plus demandé d'Hollywood

par Jim Donnelly | 28 janvier 2022

Portrait du retoucheur de photos nick leadlay

Nick Leadlay est un retoucheur de photos de mode, de divertissement et de publicité basé à Los Angeles qui a travaillé avec pratiquement tous les magazines et toutes les marques les plus demandées, dont Vogue USA, Vanity Fair, Elle USA, Canon, Comcast et ESPN.

MASV s'est entretenu avec Nick pour savoir pourquoi il aime affiner et peaufiner les images pour la présentation finale, ses flux de travail, ses outils préférés et comment il s'est lancé dans la retouche professionnelle.

Comment êtes-vous entré dans ce métier ?

J'ai toujours eu un intérêt pour la photographie. Quand j'étais enfant, l'une de mes activités préférées consistait à trier toutes les vieilles photos contenues dans des boîtes à chaussures, un peu comme une première version de ce que je fais maintenant. Mon père a toujours eu un bel appareil photo, alors j'ai joué avec.

Pendant l'explosion d'internet, des ordinateurs et des images numériques dans les années 90, j'ai appris quelques Photoshop et le montage vidéo. Mon frère avait une toute première version de Photoshop, et je me souviens qu'il était devant un ordinateur et qu'il m'a dit : "Hé, regarde ce que j'ai fait à cette photo de toi" - et il avait enlevé la jambe de mon ami. Et mon cerveau a explosé. C'était incroyable. C'était avant même les appareils photo numériques. Je pense qu'il avait scanné une copie papier de la photo.

J'ai également suivi une formation pratique sur Photoshop à l'université. C'était donc toujours dans un coin de ma tête, mais j'ai avancé rapidement jusqu'en 2010, lorsque je me suis foulé la cheville en jouant au football. J'étais assis sur un canapé et j'ai commencé à regarder des vidéos de photographie et des tutoriels Photoshop. Et je suis vraiment devenu obsédé par ça, et je me suis vraiment plongé dans ce monde.

J'ai finalement commencé à retoucher les photos de certaines personnes gratuitement. Puis j'ai commencé à être payé un peu, et je me suis constitué un petit portfolio. Et avant de m'en rendre compte, j'ai commencé à gagner de l'argent en retouchant les photos des autres. Et j'étais comme, 'fou'. Comme, c'est cool. J'ai aimé ça, vous savez ? C'était amusant. Et au bout d'un an environ, je gagnais tout mon argent en tant que retoucheur de photos, et je ne gagnais rien en faisant des photos.

Le retoucheur de photos Robert DeNiro

Voir d'autres photos de Nick portefeuille

Mais je dois également préciser que j'exerce deux métiers dans le domaine de la photographie, et que la répartition est assez égale, en fait. Mon autre carrière est plutôt un rôle de technicien numérique sur le plateau. Je supervise donc la construction de toutes les caméras et je suis les yeux et les oreilles du photographe dans la mesure où il relie sa caméra à mon ordinateur et où les photos, au fur et à mesure qu'il les prend, arrivent dans mon ordinateur. Je gère donc les images, je vérifie la mise au point pendant que le photographe prend des photos, je sauvegarde les fichiers et je prépare les disques pour le client. C'est surtout un rôle de gestion des données, mais il y a aussi des contrôles visuels.

Lire la suite : Technicien en imagerie numérique (TID) : Les héros méconnus du plateau de tournage

Qu'est-ce qu'un retoucheur de photos ?

J'aime à penser qu'il s'agit d'enlever les bords tranchants et de faire ressortir le sujet de la photo. Mais le plus difficile est de le faire. Une photo bien retouchée n'a pas l'air retouchée. Vous ne savez pas que j'y suis entré, que je l'ai fait et que j'en suis ressorti. C'est un peu comme être un ninja du pixel, comme on disait autrefois : vous entrez, vous corrigez, vous sortez, sans que personne ne s'en aperçoive. Pour moi, c'est une bonne touche.

La retouche est d'autant plus nécessaire aujourd'hui que toute photo sortant d'un appareil numérique est au format RAW. Elle est dans un état intentionnellement neutre afin de pouvoir être retouchée en post-production, pour l'amener là où vous le souhaitez. C'est différent de l'époque où la pellicule utilisée définissait en quelque sorte votre look. Maintenant, c'est intentionnellement RAW, pour que vous puissiez l'amener dans la direction que vous voulez.

Une grande partie du travail de retoucheur de photos consiste donc à créer un aspect de couleur, un contraste et une nuance de couleur. Et au-delà de ça, il faut évidemment nettoyer le teint des gens et d'autres détails.

Un collage du travail de retouche de Nick Leadlay's.

Décrivez votre style de retouche et comment il diffère des autres ?

La retouche est une pratique qui, dans les médias, est peut-être dépeinte de manière négative, et parfois à juste titre, car elle est allée trop loin à un moment donné.

Je n'ai jamais été un grand fan des trucs super retouchés. J'ai toujours été attirée par un look plus naturel. Et c'est en fait quelque chose qui a joué un rôle important dans mes premiers succès dans ce domaine, pour être honnête, parce qu'il y a 10 ans, surtout dans la mode, on avait l'impression d'avoir une peau plastique, traitée à l'excès. Je n'aimais pas ça. J'ai opté pour un look plus naturel. Et c'est quelque chose qui m'a valu d'être souvent engagée, parce que maintenant les tendances ont changé, passant des trucs trop retouchés à un look plus naturel.

Et maintenant c'est au point que j'ai fait des campagnes l'année dernière où les gens disent littéralement, "Ne touchez pas la peau. Ne le faites pas."

Comment devient-on retoucheur de photos ?

Je ne connais pas la réponse de manière définitive. Il existe évidemment des cours de photoshop dans les universités et les collèges, mais je ne connais pas d'enseignement formel au sens d'un programme de deux ans ou quelque chose du genre. Peut-être que cela existe. Mais pas à ma connaissance.

En outre, il existe des tonnes de tutoriels en ligne. Je pense que le meilleur moyen est d'apprendre d'une personne établie qui a une série de vidéos. J'ai des amis, comme Pratik Naikqui sont de très bons retoucheurs photo et qui font de l'enseignement par vidéo, et ils en sont tombés amoureux. Mais assurez-vous de bien connaître la personne qui vous enseigne. Il y a beaucoup de gens qui enseignent sans avoir les références nécessaires pour le faire.

Un collage des cours de retouche photo disponibles

Cours disponibles via Les maîtres du portrait

Est-il courant que les gens se spécialisent dans la retouche ?

Je connais une poignée d'autres retoucheurs qui sont arrivés ensemble au fil des ans, ou par le biais des médias sociaux. Mais sinon, je ne sais pas - c'est une activité tellement souterraine qu'on n'en parle pas vraiment. Il peut y en avoir 10 000, ou cinq.

C'est en partie dû à la nature de la retouche. C'est difficile de prouver que j'existe, vraiment. Je suis le gars qui vient, qui nettoie et qui s'en va sans aucun crédit. Vous ne verrez jamais mon nom crédité sur quoi que ce soit.

Note : De nombreux indépendants proposent des services de retouche photo sur des sites Web à la demande tels que Upwork et Fiverr.

Quel type de client engage généralement un retoucheur de photos ?

Lorsque j'ai commencé à travailler professionnellement, j'ai surtout travaillé dans le domaine de la mode. Je faisais donc beaucoup de travaux de beauté et de rédactionnels de mode, comme des magazines de mode, des couvertures, des séries de photos, des choses comme ça.

Mes cinq premières années se sont déroulées essentiellement dans cet univers, ce qui m'a permis de me constituer un bon carnet de commandes. Puis j'ai commencé à m'intéresser au monde commercial et à travailler sur des projets commerciaux plus importants, comme des publicités pour des compagnies aériennes, des banques et d'autres grandes entreprises.

Peu de temps après, j'ai commencé à m'intéresser au divertissement, à la rédaction d'articles pour les acteurs et les actrices. Ensuite, j'ai travaillé sur des affiches de films, des émissions de télévision et d'autres publicités, ce qui représente une grande partie de mon travail actuel. Beaucoup de ces photos ne sont pas partagées parce qu'elles ne sont pas très excitantes. Le gros problème avec la photographie, c'est que les gens partagent les trucs cool, mais 90 % de leurs prises de vue, vous ne savez pas qu'ils les ont faites, parce que c'est ennuyeux. Ne le dis à personne. [rires]

Ces deux dernières années, je me suis lancé dans la retouche de voitures et dans les prises de vue de voitures, juste parce que j'aime ça. Et c'était juste une autre source de revenus. Je m'épuisais un peu après avoir travaillé pendant 10 ans dans le domaine de la mode et de la peau, et c'est bien d'avoir des projets dans des domaines différents. Une voiture n'a pas de peau, elle ne porte pas de vêtements - c'est un monde différent.

Une photo retouchée d'une voiture bleue

Quelle est la place d'une retouche photo dans le flux de production global (pré, principal et post) ?

Après avoir fait ce métier pendant plus de 10 ans, dans 90 % des cas, c'est à la fin du processus. Cela a un peu changé au cours des deux dernières années, car je me suis établi dans des activités commerciales plus importantes.

Pour la plupart des petites choses, cependant - parce que beaucoup de mes clients sont mes amis, en ce sens que ce sont des photographes avec lesquels je travaille et avec lesquels nous sommes devenus amis - c'est étonnamment décontracté. Pas beaucoup de contrats. Très décontracté. Donc dans ce sens, oui, tout à fait à la fin. Quelqu'un m'appelle et me dit : "Hé, j'ai photographié ce client, c'était un mauvais jour, es-tu disponible ? Tu peux le faire ?

Mais pour les grandes publicités, il n'est pas si rare que je sois vaguement impliqué avant le tournage, dans la mesure où ils me font venir pour un appel de pré-production. C'est toujours une de ces choses où je me jette à l'eau, et je reste assis pendant une heure à ne rien dire, puis je pars. C'est un peu comme, "Qu'est-ce que je fais là ? Peut-être qu'il y aura une question.

C'est à peu près l'étendue de mon implication dans la phase de préparation. Mais traditionnellement, c'est à la fin du processus et je suis la dernière personne à intervenir.

Avec qui parlez-vous le plus dans votre travail ?

Pour les gros trucs, c'est généralement un producteur, c'est sûr. Un ou deux producteurs, si ce n'est les deux. Il y a généralement deux producteurs sur un travail de ce type - le producteur local chargé d'engager l'équipe, puis le producteur de l'agence qui organise le tournage. Pour les gros projets, je suis généralement en contact avec le producteur local et le producteur de l'agence.

Et le photographe intervient parfois, car il est évident qu'il joue un rôle important. Mais d'autres fois, les photographes terminent simplement la séance, la font passer, disent "Amusez-vous bien" et s'en vont.

Quels sont les outils nécessaires pour le travail ?

Je vis dans le monde Mac. Il s'agit principalement de produits Mac et Apple, et je ne pense pas que ce soit une surprise pour quiconque travaille dans le domaine de la création. Nous utilisons également Wacom comprimés.

En savoir plus : L'offre exclusive de MASV pour les utilisateurs de Wacom Intuos Pro

En ce qui concerne les logiciels, c'est assez simple : Photoshop se trouve à la fin du flux de travail, et ensuite, en ce qui concerne la préparation sur le plateau et hors du plateau de la première vague de gestion et de montage, c'est... Capture One Pro. Il s'agit d'un processeur brut et d'un organisateur de fichiers - la plupart des gens l'appellent une version plus professionnelle de Adobe Lightroom. C'est la norme industrielle pour mon autre emploi, celui de technicien numérique. C'est donc vraiment la première étape. Ensuite, vous sélectionnez dans Capture One Pro les images que vous voulez retoucher et vous les transférez dans Photoshop.

En termes de transfert de fichiers, à l'époque, il s'agissait surtout de disques durs. Aujourd'hui, la plupart des gens utilisent une sorte de logiciel de transfert de fichiers, mais cela dépend du type de travail que vous faites. S'il s'agit d'un portrait simple, peut-être huit ou dix images, il est facile d'utiliser Dropbox ou WeTransfer.

Pour les travaux plus complexes, plus lourds, avec des personnes et d'autres choses en arrière-plan, j'ai besoin d'accéder à tous les fichiers. Il nous arrive de supprimer des éléments de l'arrière-plan qui ne nous plaisent pas. Mais si on ne m'envoie que les sélections, je n'ai pas de quoi remplacer les éléments de l'arrière-plan. Dans ces cas-là, comme les gens n'envoient plus beaucoup de disques durs, je leur demande de m'envoyer le lien vers la galerie entière de JPEG. Je vais alors les parcourir, trouver les éléments dont j'ai besoin et les demander.

Mais dans un monde idéal, ce serait merveilleux si je n'avais pas à faire ça. S'ils pouvaient simplement envoyer le lien vers tous les RAW en un seul endroit auquel je pourrais accéder, et que je n'avais pas à attendre qu'ils voient mon e-mail, et tout ça. Parce qu'à ce moment-là, j'ai déjà perdu une journée.

Obtenez des fichiers livrés à un seul endroit avec les portails MASV

Collectez les fichiers de plusieurs parties avec un seul lien de partage sur le portail.

Travaillez-vous beaucoup avec le côté impression des choses ?

Oui, tout à fait. Dans ces cas-là, ils m'envoient les fichiers RAW des 10 photos sélectionnées ou du nombre de photos que nous allons retoucher, ainsi qu'un PDF de notes, dans lequel ils ont dessiné des instructions sur les images - par exemple, "Débarrassez-vous de ce jouet chat-banane que je vois en arrière-plan". Je vais donc devoir retoucher le jouet en forme de banane. Le client peut encercler cette banane jaune, ou demander d'assombrir les fenêtres si elles sont un peu gonflées, ce genre de choses. Tout est marqué dans le PDF - les 10 photos avec leurs notes manuscrites.

J'y vais donc, je fais tout cela, puis j'exporte les images en JPEG pleine résolution. Ils y jetteront un coup d'œil et enverront d'autres commentaires, qui vont rarement au-delà de deux ou trois tours. Ensuite, j'exporte les TIFF haute résolution.

Vous avez mentionné votre autre rôle en tant que technicien numérique sur le plateau. Pouvez-vous décrire ces flux de travail pour nous

Il n'y a pas grand-chose du monde de la retouche photo qui entre dans mon travail de technicien numérique, si ce n'est que je dois parfois faire des maquettes rapides sur le plateau ou autre. Mais au-delà de ça, il n'y a pas grand-chose d'autre que mon œil et ma connaissance de la post-production, ce qui peut être un gros avantage pour les photographes dans la mesure où je sais ce qui est nécessaire plus tard pour l'étape de la retouche. Je peux dire des choses comme "Ce sera plus facile à la fin si on fait comme ça". Et je pense que c'est une des raisons pour lesquelles les photographes m'engagent. Vous pouvez économiser beaucoup d'argent si vous prenez les bonnes décisions au début du processus.

En tant que technicien numérique, je suis essentiellement les yeux et les oreilles du photographe. Souvent, lorsqu'ils tournent sur le plateau, les images ne s'affichent même pas sur l'écran du photographe - elles vont directement sur l'ordinateur et sur mon moniteur. Une fois que l'éclairage et la mise au point ont été établis, la plupart des photographes se contentent de tourner sans vérifier les images. Ils comptent généralement sur moi pour leur dire d'arrêter si quelque chose est flou ou si l'horizon est de travers.

Cela permet au photographe de se concentrer totalement sur la créativité et l'interaction avec le talent. La plupart des photographes se concentrent à 100 % sur l'interaction, car vous ne disposez que d'un temps limité avant que le talent ne vous quitte mentalement.

C'est donc le rôle principal. Sinon, il s'agit de s'assurer que tout fonctionne, que les photos arrivent et qu'elles sont belles. En général, le photographe et moi travaillons sur la couleur au début, pendant les essais. Avant que le talent n'arrive, nous choisissons une couleur, puis Capture One applique cette couleur à chaque image au fur et à mesure qu'elle arrive.

Au-delà de ça, je suis aussi chargé de construire la caméra : tout assembler, vérifier les objectifs, tout nettoyer, et s'assurer que le côté est bon. De plus, je dois maintenir la connexion avec le câble, parce que les câbles meurent et les ordinateurs tombent en panne. C'est la technologie. Les choses arrivent, alors il faut être capable de résoudre rapidement les problèmes.

Et puis bien sûr, avec Covid, les clients ne prenaient plus l'avion pour venir sur le plateau, et une partie de l'équipe est à distance, donc il faut installer des moniteurs pour tout le monde afin qu'ils puissent participer à un appel Zoom. Et puis nous faisons du partage d'écran à distance, car nous tournons dans la maison d'Oprah et Oprah n'a pas de WiFi à utiliser. Donc vous êtes au milieu d'un champ et d'une grange à chevaux et vous devez installer un modem hotspot LTE avec une énorme antenne. Et tout cela me retombe dessus pour une raison quelconque. Covid m'a vraiment ouvert les yeux dans ce sens, mais c'était génial parce que j'aime apprendre des choses. J'ai littéralement ajouté "technicien réseau" à la liste des choses que je fais.

Domaine de la retouche photo

Où trouvez-vous votre inspiration créative ?

C'est drôle parce que je pourrais travailler davantage si je pouvais me débrancher complètement et ne pas me soucier du tout de ce sur quoi je travaille. Mais je ne suis pas capable de faire ça. J'ai vraiment du mal à travailler sur des choses que je n'aime pas, à tel point que je les refuse généralement. Ou peut-être le sous-traiter.

Bien sûr, ce n'était pas le cas au début de ma carrière - à l'époque, je faisais n'importe quoi. Mais à mesure que vous construisez votre carrière, vous n'avez plus besoin de le faire aussi souvent et vous pouvez être plus sélectif. Donc, pour moi, à ce stade, je suis très sélectif. Je dois aimer le travail. Si je ne l'aime pas du tout, et que je pense que ce n'est pas de la bonne photographie, j'ai vraiment du mal avec ça.

Mais ce qui me plaît dans ces deux carrières, la retouche et la technique numérique sur le plateau, c'est qu'elles se nourrissent mutuellement. Je suis d'un naturel plutôt introverti, et la retouche me convient parfaitement parce que c'est quelque chose que je peux faire seule. Mais je suis aussi une introvertie sociale dans le sens où, après une semaine passée assise à la maison, j'ai besoin de sortir et de passer du temps avec des gens. C'est donc génial, car je peux aller sur le plateau et plaisanter avec mes amis.

Comment voyez-vous l'évolution de ce rôle avec la technologie du cloud et les meilleures caméras mobiles ?

Je vais d'abord parler du mobile. Surtout quand on vit à Los Angeles. Je ne veux même pas dire le mot, mais nous savons tous qu'il arrive - la vie du influenceur. C'est une chose. On se promène dans L.A. tous les jours ; je fais ma petite promenade et il y a quelqu'un qui fait quelque chose de stupide et son ami le filme. C'est partout, non ? C'est un vrai truc.

Et dans les grandes campagnes, nous devons maintenant prendre des photos pour Instagram, parce que cet influenceur va poster ça partout. C'est à un point tel que, parfois, les photographes professionnels équipés de $16 000 appareils doivent poser leur appareil et prendre un iPhone pour prendre une photo. Et c'est hallucinant, mais c'est une réalité.

La photographie mobile est donc inévitable, et j'ai dû retoucher ces photos également. On pourrait penser qu'un appareil photo de qualité inférieure serait plus facile à retoucher, mais c'est en fait presque plus difficile. Parce qu'avec les appareils de niveau professionnel, vous avez plus de contrôle.

En ce qui concerne l'impact du cloud, il s'agissait évidemment d'un énorme obstacle à mes débuts. Je me souviens avoir dû vraiment planifier le moment où je devais transférer les fichiers sur l'internet, car cela prenait tellement de temps. Si le client en avait besoin à six heures, je devais commencer le transfert vers dix heures pour être sûr qu'il reçoive le fichier à temps.

Lire la suite : Pourquoi le "délai d'exécution" est plus important que la vitesse de téléchargement

On voit aussi de plus en plus de logiciels en nuage - si vous vous souvenez des notes PDF auxquelles j'ai fait allusion précédemment - on voit beaucoup d'outils où cette capacité est intégrée. Pour certains travaux, j'obtiendrai simplement une connexion et toutes les images et toutes les notes sur le cloud. Certains gros clients ont leur propre système de gestion, parce qu'ils font beaucoup de prises de vue.

Nous tenons à remercier Nick Leadlay de nous avoir donné un aperçu de sa vie de retoucheur de photos. Vous pouvez suivre Nick sur son site Page Instagram.

Les images haute résolution peuvent rapidement alourdir le bilan des données des photographes. Il n'est pas rare de laisser le déclencheur s'activer et de capturer toutes les images et tous les angles d'un sujet. Cela signifie un flux constant d'images qui se traduit par des centaines de gigaoctets de données à transférer.

Les professionnels de la photographie et leurs clients peuvent utiliser le MASV pour envoyer des paquets de fichiers lourds, jusqu'à 5 To, en une seule fois. Ceux qui sont sur le plateau de tournage peuvent utiliser nos vitesses de transfert rapides pour envoyer des fichiers à un client pour approbation. Et ceux qui attendent des fichiers - comme un retoucheur photo - peuvent créer leur propre système de transfert. Portail MASV et de collecter des images avec un seul lien de partage.

S'inscrire pour MASV maintenant sans engagement et obtenez 100 Go à transférer gratuitement.

Transfert de fichiers pour les flux de travail créatifs

Obtenez 100 Go à utiliser avec le service de transfert de fichiers volumineux le plus rapide du moment, MASV.

[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]