Avis de maintenance : Des interruptions de service sont attendues le 7 juillet 2024 de 9:00 AM à 2:00 PM EST.

Pourquoi les artistes VFX se syndiquent-ils ?

par | 18 octobre 2023

Lorsque les travailleurs du secteur des effets visuels (VFX) de Disney ont déposé une demande de syndicalisation auprès de l'International Alliance of Theatrical Stage Employees (IATSE) à la fin du mois d'août, de nombreux observateurs ont estimé qu'il s'agissait du début d'un changement potentiel de dynamique dans l'industrie.

En effet, le fait que la nouvelle soit tombée en plein milieu des grèves des scénaristes et des acteurs d'Hollywood - et alors que les travailleurs VFX de Marvel prenaient des mesures pour organiser un vote de syndicalisation similaire - a semblé accroître l'intensité de ce que le LA Times a appelé "l'été chaud du travail" de 2023.

Le vote de Marvel, propriété de Disney, était particulièrement remarquable : C'était la première fois qu'un groupe de travailleurs exclusivement spécialisés dans les effets visuels se prononçait en faveur de la syndicalisation lors d'un vote officiel organisé par le National Labor Relations Board (Conseil national des relations de travail) des États-Unis.

Mais pourquoi les artistes VFX tentent-ils de se syndiquer ?? Qu'est-ce que cela dit de l'état actuel de l'industrie des effets visuels ? Et qu'est-ce que la situation actuelle de l'emploi signifie pour la qualité des VFX à l'avenir ?

Nous répondrons à toutes ces questions, et à bien d'autres encore, ci-dessous. Allons-y.

Table des matières

Quelle est la situation de l'industrie des effets spéciaux ?

Le premier signe de difficultés dans l'industrie des effets visuels est apparu il y a dix ans, lorsque l'atelier d'effets visuels a été mis en place. Rhythm & Hues dépose son bilan le même mois, elle a reçu l'Oscar des meilleurs effets visuels pour son travail sur le film La vie de Pi.

Mais Rhythm & Hues n'était pas la seule société d'effets visuels à connaître des difficultés financières :

Plus de 20 autres entreprises ont fermé leurs portes entre 2003 et 2013, en partie à cause de la concurrence féroce entre les entreprises VFX et du nombre relativement faible de clients importants.

Le pouvoir des studios

La plupart des grands studios ne disposent pas d'une capacité d'effets visuels suffisante pour traiter tous leurs projets, de sorte qu'il est courant de confier les effets visuels à des sociétés tierces. Pour les studios qui travaillent sur plusieurs séries télévisées et films à forte intensité d'effets visuels, cela signifie souvent qu'ils doivent sous-traiter le travail d'effets visuels à plusieurs studios en même temps.

Cela peut être une bénédiction pour les sociétés d'effets visuels, mais aussi une malédiction : Les studios de renom qui ont plusieurs projets d'effets visuels simultanés ont un pouvoir considérable lors des négociations contractuelles.

Le pouvoir des studios

La pression est d'autant plus forte que la quantité de travail dans le secteur de la santé est énorme. Pipeline VFX pour la télévision et le cinéma aujourd'hui. Nombreux sont ceux qui, dans la communauté, disent qu'il y a trop de travail et trop peu d'artistes VFX. Si, d'un point de vue purement économique, cela devrait être une aubaine pour les sociétés d'effets visuels, nombreux sont ceux qui affirment qu'une telle demande entraîne des heures de travail excessivement longues et l'épuisement des artistes les plus compétents et les plus expérimentés.

Contrats à coût fixe

Un autre problème majeur identifié par les artistes et les entreprises de l'ensemble du secteur est que de nombreux studios ne font que proposer des contrats à coût fixe aux sociétés d'effets visuels. Ces contrats peuvent rapidement devenir des trous noirs financiers si l'équipe de production change d'avis à plusieurs reprises sur l'aspect et l'ambiance du film (ce qui arrive dans presque tous les projets), ce qui oblige souvent les artistes VFX à travailler plus longtemps sans gagner d'argent supplémentaire.

Dans le même temps, la délocalisation de certains éléments VFX a fait baisser les tarifs que les studios VFX situés aux États-Unis peuvent facturer.

Ces conditions - et d'autres - sont la raison pour laquelle le vétéran de l'audiovisuel et cofondateur de Digital Domain Scott Ross a prédit il y a plusieurs années que les sociétés d'effets visuels devraient s'adapter ou mourir.

"Les studios continuent de demander des prix plus bas, une meilleure qualité et plus de travail dans des délais plus courts", a-t-il déclaré en 2011.

Les votes de syndicalisation demandaient "une rémunération équitable pour toutes les heures travaillées, des soins de santé adéquats, des prestations de retraite et, plus généralement, les mêmes droits et protections que ceux accordés à leurs collègues syndiqués qui sont déjà représentés par l'IATSE". The Hollywood Reporter.

M. Ross a toutefois lancé un avertissement à ceux qui souhaitent se syndiquer. "Le problème, c'est que nous sommes en concurrence dans des endroits où il n'y a pas de syndicats", a-t-il déclaré.

"Mais si (un syndicat) augmente le coût de l'activité et le coût des installations, qui va supporter ce coût ? Je peux vous dire que les studios de cinéma, à mon avis, ne le feront pas. Ils essaient de maximiser leur rentabilité.

Un syndicat national de l'audiovisuel

La quasi-totalité des emplois actuels dans le domaine des effets visuels - qui comprennent les superviseurs d'effets visuels, les gestionnaires de données, les opérateurs de caméras témoins et d'autres postes - ne sont pas syndiqués. L'IATSE veut donner le coup d'envoi d'une nouvelle national VFX local qui comprend les travailleurs employés par les studios, les sociétés de production et les sociétés d'effets visuels.

Notamment, les travailleurs de Disney et de Marvel qui ont voté en faveur de la syndicalisation ont indiqué qu'elle se ferait par l'intermédiaire de l'IATSE.

Ces travailleurs travailleront sous le contrat Basic Agreement utilisé par les travailleurs du spectacle dans 13 sections locales, dont l'International Cinematographers Guild (Local 600) et la Motion Picture Editors Guild (Local 700).

Pourquoi les artistes VFX se syndiquent-ils ?

Quoi qu'il en soit, les travailleurs de l'audiovisuel, tant du côté des clients (ceux qui travaillent pour des sociétés de production) que du côté des fournisseurs (ceux qui travaillent pour des ateliers d'audiovisuel), font sans aucun doute pression pour que les choses changent.

Une récente Enquête de l'IATSE sur les travailleurs du secteur VFX a révélé que les travailleurs du côté des fournisseurs semblent bénéficier d'avantages légèrement supérieurs à ceux qui travaillent pour les grands studios. Mais l'enquête a également révélé que de nombreux travailleurs de l'industrie des effets spéciaux gagnent à peine le salaire minimum, une fois les heures supplémentaires non rémunérées prises en compte.

Bien que la liste ne soit pas exhaustive, voici un aperçu de quelques-unes des questions les plus controversées auxquelles est confrontée l'industrie des effets visuels.

1. Prestations de santé et de retraite

L'enquête de l'IATSE indique que seuls 12% des travailleurs côté client bénéficient d'un régime d'assurance maladie transférable. Par ailleurs, 45% ne bénéficient d'une couverture médicale que pour la durée de leur projet. Au total, 43% des travailleurs de l'audiovisuel interrogés n'ont pas d'assurance maladie du tout.

Et alors qu'un quart des répondants à l'enquête côté fournisseurs ont indiqué qu'ils disposaient de plans de santé transférables et que près de la moitié d'entre eux ont déclaré avoir des plans de retraite financés par l'employeur, seuls 15% des artistes VFX côté clients ont indiqué qu'ils disposaient d'un plan de retraite similaire.

2. Rémunération, heures supplémentaires et délais serrés

L'industrie des effets visuels est bien connue pour ses sous-paiements et sa surcharge de travail, et la situation n'a fait qu'empirer avec l'explosion du nombre de travaux d'effets visuels pour le cinéma et la télévision. Les grands studios possèdent souvent des services de streaming avides de contenu, ce qui accroît encore la pression. Tout cela se traduit par un surcroît de travail que l'industrie ne peut assumer, ce qui se traduit généralement par un grand nombre d'heures supplémentaires non rémunérées. L'enquête de l'IATSE fait également état d'un manque de pauses et de périodes de repos.

Autour de 70% de travailleurs VFX ont déclaré avoir effectué des heures supplémentaires non rémunérées, selon un autre rapport, tandis que 75% ont déclaré avoir été contraints de travailler pendant les pauses repas et les périodes de repos sans compensation pour respecter les délais. Pour ne rien arranger, une grande société d'effets visuels a récemment annoncé réduction des salaires de 25%.

Les membres de l'IATSE travaillant dans d'autres secteurs de l'industrie de la construction et de l'équipement bénéficient quant à eux de clauses contractuelles qui prévoient une pause de 10 heures entre les équipes et la garantie de 54 heures de repos pendant le week-end.

3. L'intelligence artificielle

Quelque chose nous dit que les conflits sociaux de cette année ne sont que la partie émergée d'un très grand iceberg, celui de l'IA. L'IA continue de rendre de nombreux travailleurs profondément nerveux au sujet de leur emploi, et a été un point de friction majeur dans les grèves de la SAG-AFTRA et de la Writers Guild. Les artistes VFX ne font pas exception à la règle.

Intelligence artificielle

"(C'est) une inquiétude légitime", déclare le Superviseur VFX Bilali Mack en Câblé. "Parce qu'il y a un dicton dans les effets visuels... les premiers 90% prennent 10% de votre temps, les derniers 10% prennent 90%. Ils vont cracher le morceau, ce sera de la merde. Ils se contenteront alors de dire : "Nous voulons que le résultat soit parfait et d'une qualité digne d'un film". L'implication est qu'une société VFX devra alors travailler sur le 90% tout en étant payée pour le 10%.

Il convient également de noter que l'utilisation ciblée de l'IA par les studios VFX pourrait aider les artistes à se dimensionner plus efficacement afin de mieux répondre aux grands contrats dans des délais serrés, ce qui pourrait à son tour contribuer à réduire les longues heures de travail et les heures supplémentaires non rémunérées.

4. Absence de normalisation

L'absence de normes en matière d'outils logiciels, de formats de production, d'attentes en matière de production et d'autres éléments ajoute souvent du stress (et des heures) à chaque mission VFX.

"Le manque de normalisation dans notre secteur signifie que ces travailleurs doivent devenir des experts du jour au lendemain", déclare l'expert en graphisme et en animation 3D (et représentant de l'IATSE). Mark Patch.

En outre, le volume de travail et le manque relatif d'artistes VFX expérimentés signifient que les travailleurs expérimentés doivent souvent prendre encore plus de temps pour former leurs collègues néophytes.

Qu'est-ce que cela signifie pour la qualité des effets visuels ?

Certains dans le monde des M&E ont émis l'hypothèse que la pression incessante pour plus de travail dans les VFX a commencé à se faire sentir - et pas seulement en termes de votes récents sur la syndicalisation. Certains se demandent même si les conditions de travail difficiles n'ont pas contribué à l'insatisfaction des fans quant à la qualité des effets de certains longs métrages récents.

En effet, même si les outils numériques tels que les Transfert de fichiers volumineux MASV peut aider les sociétés d'effets visuels et les artistes à évoluer grâce à un transfert rapide, facile et sans erreur de téraoctets de fichiers, les artistes ne peuvent pas tout faire en 24 heures.

"Les artistes VFX sont contraints de travailler sans relâche, de faire des heures supplémentaires presque tous les jours, y compris les week-ends", a déclaré Zach Mulligan, artiste VFX qui a travaillé sur le projet Le Flash, en Une entrée audacieuse. "Si les sociétés d'effets visuels ne répondent pas aux attentes irréalistes, elles risquent de perdre de futurs contrats, et il n'y a plus beaucoup de studios qui font des films de super-héros.

D'autres artistes VFX ont admis avoir pris des "raccourcis" pour respecter des délais serrés, ce qui a fini par affecter la qualité des effets dans leurs films.

Il est intéressant de noter que le studio dont les artistes VFX ont récemment voté en faveur de la syndicalisation - Marvel - a été le plus durement touché par ses récents travaux VFX. Des films à gros budget tels que Ant-Man et la Guêpe : Quantumania, Thor : Amour et Tonnerre, She-Hulk : Avocatet Invasion secrète ont tous fait l'objet de critiques.

l'homme fourmi

"Plusieurs des mêmes sociétés d'effets ont travaillé sur les deux films, ce qui a créé une concurrence pour les travailleurs les plus qualifiés dans le domaine des effets visuels", a expliqué le directeur général de la Commission européenne. VariétéIl a ajouté que certains artistes VFX travaillaient jusqu'à 80 heures par semaine pendant des mois.

Quelle est la prochaine étape pour l'industrie des effets visuels ?

L'avenir de l'industrie des effets visuels est incertain, mais des citations récentes de certains artistes VFX montrent que le statu quo n'est probablement pas tenable à long terme.

"C'était comme une deuxième vague de ce qui s'est passé avec James Cameron sur Titanic, où les compositeurs faisaient des siestes sous leur bureau, parce qu'il n'y avait pas assez de temps entre les équipes pour rentrer chez eux, puis revenir", a déclaré un technicien à l'AFP. Vulture sur leur travail dans le cadre de l'enquête la plus récente Ant-Man film.

"Les délais d'exécution ne s'appliquent pas à nous, les heures protégées ne s'appliquent pas à nous, et l'équité salariale ne s'applique pas à nous", a ajouté Bella Huffman, coordinatrice VFX, dans l'article suivant VariétéUne autre a ajouté qu'elle avait eu de nombreux emplois dans le domaine des effets spéciaux où elle devait travailler 10 heures d'affilée sans pause.

"Lorsque j'ai fait la transition (de l'animation) vers les effets visuels, je n'ai bénéficié d'aucun avantage. La plupart des travailleurs des effets visuels que je connais peuvent à peine survivre cinq ans dans l'industrie", a déclaré Maggie Kraisamutr, qui travaille également dans le secteur des effets visuels. Variété.

"Aujourd'hui, on a vraiment l'impression d'être sur un tapis roulant", a ajouté une autre personne. Employé VFX. "C'est un peu le McDonald's du contenu.

Il est clair que l'inquiétude grandit dans l'industrie, tant chez les artistes VFX que chez les fans. Mais on peut aussi espérer que les récents progrès réalisés par The Animation Guild et d'autres organisations, ainsi que la grève de la SAG-AFTRA et les récents votes de syndicalisation, contribueront à l'amélioration des conditions de travail dans l'industrie.

Après tout, les autres travailleurs du secteur M&E représentés par des syndicats n'ont pas le même nombre de plaintes ni la même gravité. Et le fait que tant de studios aient besoin de travaux VFX haut de gamme à l'heure actuelle confère aux sociétés VFX et à leurs artistes un pouvoir inhérent qu'ils peuvent exploiter. La seule question qui subsiste est de savoir comment ils l'utiliseront.

Transfert de fichiers pour les flux de travail VFX

Automatisez votre processus VFX pull/push avec MASV pour un transfert facile et rapide des plans, des plaques et des fichiers finis.